Point de repère : trouver le GPS intérieur

Lorsque, quittant l’enfance, nous arrivons à l’adolescence, nous cherchons notre voie, nous essayons de comprendre ce qu’il y aura à faire plus tard, même si tous les ados n’ont pas ce concept-là. Lors de ces questionnements, nous pouvons ressentir des contradictions et éprouver des difficultés qui génèrent en nous de la confusion.

Pour répondre à cet inconfort, il se peut que l’adolescent que nous sommes trouve des méthodes appropriées, mais il se peut aussi qu’il trouve des moyens qui l’amènent dans des directions erronées. D’autant que, quand cela apparaît, ce n’est pas la confusion qui est ressentie, mais plutôt l’expression d’un besoin qui rend parfois les choses difficiles. Il se peut alors que nous cherchions à nous détendre ou à nous distraire d’une manière qui nous conduit dans de mauvaises directions.

En tant qu’ado, il nous faut découvrir et parcourir notre propre chemin, mais pour cela, nous avons besoin de certains conseils et d’instructions importantes. Même si nous n’arrivons pas à les appliquer complètement, ce n’est pas grave. Par contre, il nous faut connaître ces informations et essayer de les comprendre, car c’est grâce à elles que nous ne serons pas perdus face à la confusion, aux difficultés mais aussi aux moments de bonheur. Nous ne serons pas dans le rejet et la souffrance, nous pourrons nous relier à une connaissance, comme à une référence qui nous aidera.

Nous vivons parmi un grand nombre d’êtres humains, comment choisir notre propre direction ? Nous avons besoin de confiance en nous pour découvrir et parcourir notre propre chemin. Prenons un exemple qui montre comment cette confiance prend une autre direction.

De nos jours, pratiquement tout le monde utilise un GPS pour se déplacer en voiture. Sans cet objet, nous ne savons plus quel chemin prendre et nous ne nous sentons plus en confiance. Même pour aller à un endroit connu, nous lançons le GPS. Sans lui, nous perdons notre confiance en nous. Le GPS n’est pas une mauvaise chose en soi, mais il est un bon exemple pour montrer comment nous nous rendons dépendants. De la même manière, nous nous rendons parfois dépendants d’autres personnes. Je ne parle pas de personnes nuisibles, cela peut être quelqu’un de connu comme une star ou un acteur, un philosophe ou un politicien. Cela peut simplement être une personne que l’on connaît. Cette attitude n’est pas mauvaise en soi, mais nous nous défaisons alors de la confiance en nos propres capacités. Nous changeons de point de référence : ce n’est plus nous-mêmes mais une autre personne que nous allons suivre. En faisant cela, c’est comme si nous perdions notre propre discernement.
Reprenons l’exemple du GPS. Voyageant en France, nous connaissons la géographie du pays. Nous savons quelle est la direction de Paris ou de Nice, de Lyon ou de Bordeaux. Nous connaissons les directions cardinales, l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud. Bref, nous savons nous repérer. Nous pouvons bien sûr utiliser le GPS, mais s’il ne fonctionne pas, nous savons choisir les bonnes directions, car nous avons les connaissances nécessaires présentes à l’esprit. Et même si le GPS propose un autre chemin – pour éviter un obstacle par exemple – nous nous en apercevons et nous en sommes conscients. Notre esprit n’est pas dépendant du GPS. Nous utilisons des technologies de ce type, mais cela ne nous empêche pas de savoir où nous sommes, par où nous devons passer, quelle direction prendre. Nous ne sommes pas prisonniers de la technologie, car nous avons notre propre connaissance et identification de la situation. Parfois des erreurs de direction peuvent être faites, mais nous en sommes alors conscients et nous pouvons y remédier. Sur la base de cet exemple, nous avons plusieurs sujets qui sont reliés à cette idée. L’exemple du GPS est celui de notre existence, de notre façon d’être, de nos conditions de vie dans le monde.

Acquérir de bonnes connaissances

Il nous faut cultiver le sens de l’observation et garder quelques points de référence précis à l’esprit, c’est ce qui nous permet de vivre dans différents environnements sans pour autant perdre notre discernement et notre intelligence.

Il y a d’abord les connaissances qui sont le fruit de notre éducation et celles que l’école nous transmet. Cela nous aide à acquérir une image globale de ce qu’est le monde. Ces connaissances acquises sont autant de références qui nous permettent ensuite de prendre des décisions par nous-mêmes, nous ne dépendons plus de références extérieures. C’est notre éducation qui participe au développement de nos capacités d’intelligence, nous aide à faire la part des choses et à discerner ce que nous pouvons poursuivre ou ce qu’il nous faut éviter. Elle est le socle qui nous permet de choisir comment nous développer. Nous sommes alors notre propre maître, notre GPS est intérieur.

Apprendre des autres

Sur base de ces connaissances, nous allons mener une sorte d’observation et de recherche sur notre existence. À partir de ce que nous savons, nous allons observer les autres. En regardant ce qui se passe autour de nous, nous allons choisir incarner les qualités repérées chez les autres, si nous en sommes capables. Et, à l’inverse, nous choisissons de ne pas suivre les exemples qui nous semblent négatifs ou nuisibles. Sans éducation, sans connaissances, nous ne savons pas comment mener cette recherche et cette observation, et nous ne pourrons pas nous développer. Nous serons perdus dans toutes les informations disponibles et les exemples qui se déploient autour de nous, comme au milieu du désert, sans carte. Par contre, si nous avons quelques connaissances en économie, en politique, en philosophie, en sciences, en technologie, non pas à un niveau professionnel mais comme une culture générale, l’observation du fonctionnement des gens autour de nous, avec leurs qualités et leurs erreurs nous sera profitable. Sans rejeter les gens qui font ces erreurs, nous pourrons ne pas commettre les mêmes. Ainsi, au fil du temps, notre compréhension des choses va s’accroître et ce sera bénéfique à notre développement.
Il nous faut donc observer comment vivent les gens autour de nous. Il ne s’agit pas de juger, mais de comprendre. Les jugements génèrent d’autres problèmes… Lorsque nous sommes dans une foule, regardons comment les gens réagissent, essayons de comprendre : « Si cela ne me semble pas très bénéfique, je vais personnellement éviter d’agir ainsi. Si par contre ce que j’observe me semble bien utile, je vais essayer de le cultiver. » Par l’observation, nous pouvons ainsi nous développer. Évitons de n’avoir qu’un point de référence et recherchons par nous-mêmes, nos découvertes seront alors pleines de sens.

Nous pouvons aller dans le détail : certaines personnes s’expriment de façon agressive, parlent mal, mais leur comportement ne semble pas mauvais. D’autres personnes ne semblent pas mauvaises mais leurs comportements, leurs habitudes le sont. À nous de faire le tri. Si nous essayons de comprendre pourquoi leur comportement semble négatif, nous trouverons peut-être les raisons. Cela peut être dû à la drogue ou à l’alcool, ou ces personnes sont peut-être sous l’emprise de la fascination ou d’une forte colère. Les causes qui poussent les gens à agir de manière impropre sont nombreuses. Il ne faut pas alors céder au jugement en pensant que ces personnes sont mauvaises, cela devrait plutôt nous inciter à ne pas choisir ces voies.

Ainsi, lentement, nous menons nos recherches. Nous voyons certaines choses que nous ne comprenons peut-être pas très bien dès le départ, mais en continuant à nous questionner sur le pourquoi, petit à petit la signification prend place. Nous décidons alors d’éviter ce comportement ou pas. Si nous voyons quelqu’un d’important, qui réussit bien, posons-nous alors des questions : « Pourquoi arrive-t-il à ses fins ? Quelle est son attitude ? Que met-il en œuvre ? » Sans cela, nous sommes témoins de belles réussites, de beaux projets avec l’impression que nous ne pourrons jamais y arriver et cela nous perturbe. Si nous approfondissons notre réflexion et notre recherche des êtres humains, alors nous pourrons voir les causes et les conditions de ce qu’ils vivent.

Choisir la bonne direction

Dans les enseignements du Bouddha il est question d’éthique, de conduite juste, de nombreux termes de ce type sont utilisés. La signification est que nous devons conduire notre existence de manière appropriée et trouver comment garder notre vie sur les bons rails. Il s’agit de se rappeler les points de référence qui nous mènent dans la direction que nous voulons emprunter, ou celle que nous ne souhaitons pas emprunter. Ce rappel est important, ces deux aspects doivent toujours être présents à notre esprit. Nous parlons là de situations assez ordinaires, qui n’ont rien de spécial.

Prenons un exemple : certains jeunes, pour éprouver des sensations intenses, pratiquent des sports extrêmes et jouent avec les limites. Par manque de conscience et de prudence, la limite est dépassée et c’est l’accident, qui peut parfois être grave. Il s’agit d’observer cela de façon ouverte, sans jugement. Ce type de situation nous apprend que, si nous ne nous comportons pas de manière appropriée, si nous ne faisons pas attention à nous, cela pourrait nous arriver également. L’idée est de comprendre combien notre corps humain est important. Nous ne devrions pas chercher à expérimenter toutes sortes de choses dangereuses. En observant les causes et les conséquences sans les juger, nous ne devrions pas prendre des risques corporels importants comme certains peuvent le faire. En d’autres termes, nous avons besoin de développer une conscience lucide. Nous devons développer cette conscience, car sans elle nous pourrions un jour dépasser les limites et avoir un accident nous aussi.

 

Prenons d’autres exemples. Certaines personnes très bien éduquées font des choix erronés face aux situations ce qui, au bout du compte, les amène à se retrouver sans domicile fixe. Des choix inappropriés pourraient nous amener aussi à cela. À nouveau, ne jugeons pas ces personnes, mais soyons attentifs à nos choix. Certaines personnes peuvent être au sommet de la hiérarchie d’un pays et une erreur peut les faire tomber soudainement. Récemment, nous avons pu être témoins de ce genre de situation. Une erreur comme, par exemple, l’utilisation erronée de l’argent ou bien un détournement de fonds peut briser totalement une carrière, une vie. Une erreur peut endommager une carrière et faire chuter rapidement d’une réussite reconnue même au niveau national. Toutes ces choses sont importantes, car elles peuvent nous servir de référence. Au départ, ce n’est pas nécessairement le cas, mais les événements arrivant, en fonction des circonstances, nous pourrons être amenés à nous souvenir de ces situations qui peuvent nous être utiles dans notre expérience de vie. Que ce soit dans les causes du succès ou dans les circonstances de l’échec, l’observation de la vie des autres nous servira de cadre. Voilà comment toutes ces observations sont des ressources pour nous-mêmes.

Rechercher les causes

Nous parlons ici de l’écoute, c’est-à-dire de la façon de comprendre le sens de ce qu’il se passe dans chaque situation. Nous avons abordé la nécessité d’une éducation, des connaissances basées sur l’étude, la lecture ou l’observation. Sur cette base nous observons par nous-mêmes notre entourage, les gens, notre environnement. Simplement regarder passivement les choses sans connaissance ne permet pas d’obtenir beaucoup de résultats. Il nous faut entreprendre une réelle recherche sur la façon dont les gens vivent, fondée sur l’observation et la réflexion. Alors, petit à petit, nous comprendrons les conditions de leur existence. Cela deviendra une référence pour nous et nous pourrons réunir les conditions qui donnent de bons résultats. En remontant aux causes et en analysant les éléments qui rendent les choses négatives pour les gens, nous pourrons essayer de les éviter. Les bébés sont tous de bonnes personnes à la naissance, mais au fur et à mesure qu’ils grandissent jusqu’à devenir adultes, des différences émergent ; au bout du compte on constate que les styles de vie peuvent être très différents. Il s’agit pour nous d’examiner quelles causes amènent à quel type de vie, quel type d’être nous souhaitons devenir. Cela est assez facile car notre terrain d’expérience est là autour de nous, à notre portée.

Vos avis, retours d’expérience et commentaires nous intéressent ! Donc n’hésitez pas !
(fil de conversation ci-dessous)